Rencontre avec Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux transports et Guillaume Pépy, président de la SNCF

Le 6 septembre dernier, Objectif Capitales rencontrait Jean-Baptiste Djebbari, Secrétaire d’Etat aux Transports, Guillaume Pepy, Président de la SNCF et Madame la Préfète, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc à l’occasion de la journée d’échanges avec les usagers organisée à Clermont.  

A propos des retards 

La SNCF s’engage à réduire de 50% les retards actuels de la ligne Clermont-Paris et à améliorer le taux de régularité de la ligne de 10 points. Un plan d’actions complémentaires aux travaux de régénération est lancé pour améliorer et sécuriser les abords de la ligne à l’origine de 60% des défaillances. Il comprend notamment des actions d’élagage et de mise en place de clôtures.    

La gestion de crise devra être améliorée sans tarder et particulièrement la connexion réseau défaillante compte-tenu des zones blanches réparties tout au long du parcours. Tout comme pour les voyageurs, elles freinent les capacités de communication des agents.  

A propos du renouvellement des rames de la ligne Clermont-Paris 

Confirmation du financement de l’appel d’offre : l’Etat signera la convention de financement juste après que le Conseil d’Administration de la SNCF ait validé les conclusions de l’appel d’offre fin octobre. 

12 rames de dernière génération, tout confort (wifi haut débit, accès aux personnes handicapées, espace pour les vélos, etc.), seront livrées à partir de 2023 jusqu’en 2025, en parallèle de celles dédiées à la ligne Paris-Limoges-Toulouse. Le prototypage des rames sera effectué entre 2021 et 2023.  

A propos de la collaboration entre Objectif Capitales, l’Etat et la SNCF 

Un groupe de travail spécifique, complémentaire au comité de suivi des usagers, sera mis en place afin de suivre et de contrôler la mise en œuvre des actions de régénération des voies, de renouvellement des rames et du plan d’actions. Ce groupe réfléchira par ailleurs aux possibilités de réduction complémentaire du temps de trajet. Il se réunira 1 à 2 fois par an avec les responsables de la SNCF. Des visites chez le constructeur des rames pourront être programmées. 

A propos de la réduction du temps de trajet 

La suppression de passages à niveaux (jusqu’à 12 M€ pour chacun) à financer par des CPER permettrait de gagner quelques minutes supplémentaires. Cela supposerait toutefois que des régions ne bénéficiant pas d’arrêts, acceptent de financer ces investissements pour des gains de l’ordre de 3 à 4 minutes. En cas de refus, l’Etat devrait être sollicité.

A propos du nœud ferroviaire d’Ile-de-France 

Dès qu’un Intercités est en retard en arrivant à Paris, il n’est plus prioritaire et cela ne fait que renforcer les retards cumulés sur le parcours. Il existe un projet pour sextupler le nombre de lignes à l’arrivée de Paris mais qui, selon Guillaume Pepy, est inaccessible financièrement.  

A propos des engagements de l’Etat et de la SNCF 

L’Etat et la SNCF s’engagent à :

– Améliorer de 10 points la régularité de la ligne Clermont-Paris

– Améliorer d’ores et déjà le confort de la ligne actuelle (propreté, wifi et circulation de l’information)

– Financer un matériel de dernière génération tout confort

– Veiller au bon respect de la concomitance des travaux de régénération et de mise en service des rames

– Finaliser la recherche de financements afin de réaliser, d’ici 2025, l’ensemble des investissements nécessaires pour atteindre les objectifs validés par l’Etat dans le schéma directeur de la ligne TET Paris-Clermont.

En conclusion 

Cette entrevue a été l’occasion d’instaurer un dialogue franc et constructif entre l’association, la SNCF et l’Etat et a permis d’aborder tous les sujets de manière approfondie.  Aujourd’hui, nous constatons que de nombreuses avancées sont intervenues mais les points d’alerte ne doivent pas être occultés, notamment sur les financements encore non assurés et qui, pourtant, sont indispensables pour atteindre les objectifs de temps de trajets annoncés dans le schéma directeur à horizon 2025 (3h06 pour le train direct, 3h15 pour les trains avec arrêts). Et sans perdre de vue que le but final est de réduire à 2h30 le temps de trajet Clermont-Ferrand/Paris, ce pour quoi nous devons continuer d’agir !  

Quelques grands chiffres à retenir pour la ligne Clermont-Paris

– 1,8 millions de voyageurs sur cette ligne chaque année

– Augmentation du trafic de 16% depuis 4 ans

– Régularité de la ligne (retards < 5 mn) : 80% avec un objectif de 90%

Étaient présents : Jean-Baptiste DJEBBARI, Secrétaire d’Etat aux Transports, Guillaume PEPY, Président de la SNCF, Anne-Gaëlle BAUDOUIN-CLERC, Préfète du Puy-de-Dôme, Marc PAPINUTTI, Directeur Général des Infrastructures, des Transports et de la Mer (DGITM).

Pour Objectif Capitales : Patrick WOLFF, Claude BARBIN, Claire PLANCHE, Thierry MARTIN-LASSAGNE.

Nos actualités

Décollage immédiat ! La liaison Clermont-Paris Orly redémarre le 2 novembre 2021

A l’occasion de la conférence de presse du 6 octobre dernier, la Région et Amelia ont [...]

Lire la suite

Objectif Capitales met le cap
sur la reprise !

A l’occasion de son Assemblée Générale du 26 mai 2021, Objectif Capitales a rappelé les [...]

Lire la suite

Transports et Attractivité :
Tous concernés, Tous connectés !

A l’occasion du Facebook Live animé par Marc-Alexis Roquejoffre pour MARC Production ce jeudi 1 [...]

Lire la suite